Peter Doherty

© Alexandra Fleurantin

On ne présente plus Peter Doherty, l’enfant turbulent du rock anglais, iconique chanteur et guitariste du groupe The Libertines, qu’il forme avec Carl Barat au début des années 2000 et dont on a vu souvent le visage apparaitre sur les couvertures des tabloïds : sexe, drogue et rock’n’ roll.

 

On connait moins la figure délicate du poète. En effet, depuis son adolescence (aux semelles de vent, dans les bagages d’un père militaire), Peter Doherty se nourrit de littérature et de poésie, emportant avec lui dans les bases militaires où il grandit les oeuvres de William Blake, Oscar Wilde, Emily Dickinson ainsi que les poètes français Rimbaud, Baudelaire ; sans oublier les albums des Smiths qui lui ouvrent la voie vers un autre genre de poésie.

 

Après la séparation des Libertines, Peter Doherty crée le groupe Babyshambles avec lequel il signera deux albums avant de sortir en 2009 un album solo, Grace/Wasteland, qui sera remarqué et qui signera son retour sur le devant de la scène. 

 

En 2012, il interprète le rôle d’Octave, double autobiographique du poète Alfred de Musset dans Confessions d’un enfant du siècle, un film de Sylvie Verheyde où apparait devant la camera ce qui en lui relève de cette figure du poète romantique.

 

En 2022, Peter Doherty revient avec un album lumineux The fantasy life of Poetry and Crime composé par Frederic Lo et dont il a signé tous les textes. Un album entièrement écrit à Etretat où le chanteur s’est exilé et qui dit plus qu’aucun autre son amour de la littérature et de la poésie. Dans ces ballades délicates, il exprime les tourments de la tentation et une soif d’absolu que n’aurait pas désavoué un jeune Rimbaud et convoque pour ce faire les figures littéraires qui l’habitent et le nourrissent.