Cave 72

Fann Attiki

Trois jeunes amis, Verdass, Ferdinand et Didi, se retrouvent chaque jour à la Cave 72, un bar, un refuge idéal où ils oublient leur quotidien où tout semble gouverné par l’absurde : les tracasseries administratives, les décisions politique, les lois, les raisons des guerres, l’amour et les divorces, la passivité apparente des hommes face à la dictature… Ils discutent, boivent, récitent des poèmes et rentrent chez eux sans avoir fait de mal à quiconque. Ils sont innocents de tout. Et c’est pour cette raison qu’un homme, secrétaire au conseil national de sécurité, va faire d’eux les coupables désignés d’un complot contre l’État et le Président, guide providentiel de la nation. Ils deviennent des héros malgré eux, obligés de se défendre, de s’opposer à l’injustice de leur condamnation, les héros de leur propre vie sortie de la routine et de l’ennui, les héros d’un peuple qui a pris l’habitude de tolérer l’oppression et qui soudain se soulève, brave l’armée, réclamant la libération des trois jeunes et la réouverture de la Cave 72 devenue l’emblème de la résistance. 

Un premier roman qui mêle enquête et satire, où l’humour et la poésie tiennent une place centrale, porté par un style magnifique qui rappelle le choc littéraire que furent Verre cassé d’Alain Mabanckou et Tram 83 de Fiston Mwanza Mujila.

L'auteur

Fann Attiki

Fann Attiki est né en 1992 à Pointe-Noire au Congo. En 2011, il s’éprend de poésie en assistant – malgré lui – à un atelier de slam initié par l’Association du Styl’Oblique Congo alors qu’il flânait dans le hall de l’Institut Français avec pour seul objectif de tromper l’ennui d’un après-midi sans fin. Il s’installe à Brazzaville en 2016, se consacre à l’écriture et au théâtre, participe à un club de lecture, dirige des ateliers de slam. Cave 72, son premier roman, a remporté le prix Voix d’Afriques.

©Cité internationale des arts x Maurine Tric