Alexandra Fleurantin

Photographe, historienne de formation, elle a travaillé pour la presse et l’édition sur des sujets liés aux questions d’écologie politique, notamment à travers une longue collaboration avec les éditions Dehors. Son approche photographique est à l’origine une approche documentaire, traversée par la question du territoire et des multiples façons d’habiter celui-ci. Elle fabrique des images qui questionnent l’héritage complexe transmis par notre environnement et notamment notre environnement visuel. Après avoir vécu longtemps à Paris et documenté de nombreux lieux qui témoignent de notre rapport parfois absurde ou schizophrénique au territoire (villes fantômes de Pripiat près de Tchernobyl ou d’Ordos en Chine, cabanes de Notre-Dame-des- Landes, constructions pharaoniques de Dubaï, elle s’installe en 2013 en Normandie où elle poursuit ce travail d’observation photographique.

Par ailleurs, elle explore d’autres pistes, plus personnelles, plus narratives, où la photographie se frotte à d’autres médiums et où la question du document cède peu à peu à celle de la représentation.

En 2017, en parallèle de son travail d’auteur, elle créé avec Martin Benoist l’association LE REVELATEUR qui porte des projets en collaboration avec des publics ainsi qu’une résidence d’artiste sur le territoire du Grand Site des Falaise d’Étretat.

En 2021 elle achève avec Martin Benoist un premier travail à partir d’images d’archives, le court métrage Comme Xavière, qui mêle images contemporaines et images filmiques tirées du fond super 8 amateurs conservé dans les archives de Normandie Images.

Alexandra Fleurantin est en résidence en 2022 avec Terres de Paroles pour son travail de recherche et d’écriture autour d’un fonds de plaques photographiques anciennes.

https://www.alexfleurantin.com/